We need you !

Bonjour la communauté ! Aujourd’hui, on a besoin de votre aide… 🙌

Vous avez entre 18 et 35 ans, vous utilisez instagram et vous voudriez adopter des habitudes alimentaires plus respectueuses de l’environnement mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? 🍴🌎

Ça tombe bien, notre équipe concocte en ce moment même un programme numérique qui vous donnera les clés d’une alimentation durable ! Et pour construire un programme qui vous soit vraiment utile, on a besoin de vous ! 💪

Alors venez créer avec nous votre programme idéal lors d’un atelier de co-création ! Au menu : convivialité et nourriture (cuisinée par nos soins) pour alimenter votre créativité… 🎉😋

📅 Ça se passera le lundi 2 décembre de 18h30 à 20h30 à AgroParisTech (Paris 5e)

📩 Si vous êtes intéressé(e), vous pouvez nous envoyez-nous un mail à cette adresse: oriane.lesaffre@agroparistech.fr

Et n’hésitez pas à partager notre annonce autour de vous ! 😀

ZOOM SUR L’AGRI-BASHING

On fait le point sur un autre terme à la une de l’actu: l’« Agribashing » 

Par ce terme, certains agriculteurs dénoncent ce qu’ils perçoivent comme un important dénigrement de l’agriculture et de leur métier dans l’espace public, et notamment dans les médias. Si les modes de production conventionnels suscitent depuis longtemps déjà des critiques de la part de multiples organisations de la société civile, les actions à charge d’acteurs militants se multiplient ses dernières années.

Début octobre, le monde agricole se mobilisaient partout en France pour manifester contre cette dépréciation du monde paysan.En parallèle, on a vu émerge une nouvelle catégorie d’agriculteurs 2.0, qui ont décidé de prendre le sujet à bras le corps en utilisant les réseaux sociaux pour communiquer. 

Leur objectif ? Lutter contre les idées reçues et les généralités, en montrant leur quotidien et les réalités de leurs métiers. 

Parmi eux, on vous conseille :

🎥 la très bonne chaîne youtube de Etienne, agri youtubeurre (19k abonnés), qui nous dit tout son élevage laitier, le bien être animal, et ses conditions de travail, 

🎥 le compte twitter de Christelle Bouquet @LaVacaPreciosa, éleveuse passionnée dans les Pyrénées orientales ou encore 

🎥 la chaîne youtube de Théo, Futur éleveur (14k abonnés), éleveur de vaches laitières en agriculture bio, puisque comme il le dit si bien « qui de mieux que les agriculteurs pour parler d’agriculture » 😉 

Matière à penser: Renouer le dialogue entre la société et le système agricole autours d’un discours bienveillant, et constructif tout en restant critique, semble indispensable à l’émergence d’un nouveau modèle qui intègre les préoccupations sociales, économiques, sanitaires et écologiques pour le bien-être de tous. 

A bientôt pour un nouveau décryptage de l’actualité !

PORTRAIT DE… illustratrice et designer graphique !

[PORTRAIT] On continue notre tour des personnes qui gravitent autour de la chaire ANCA, avec le portrait d’une illustratrice et designer graphique Anaïs Ocler !

• Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?
Passionnée depuis l’enfance par les arts visuels et plastiques, c’est assez naturellement que je me suis dirigée vers ma profession de Designer Graphique & Illustratrice. J’ai eu la chance de passer quatre années à l’ENSAAMA Olivier de Serres pour étudier le design graphique puis de travailler pour différentes agences et entreprises. J’ai pu découvrir les différents champs d’interventions qu’offre ce métier, notamment l’animation que j’affectionne particulièrement !

• Pouvez vous nous parler de votre dernière collaboration avec la chaire ANCA?
J’ai collaboré avec la chaire ANCA dans le cadre de le réalisation de l’animation Gaspillage alimentaire : où en est-on ? La vidéo traitait du gaspillage alimentaire, ses facteurs, ses mécanismes et les solutions que nous pouvons mettre en place pour tenter de le résorber. Je suis toujours ravie lorsque ma pratique peut avoir du sens et être engagée au service d’une cause ou d’un enseignement. C’est d’ailleurs un exercice très intéressant que de s’attaquer à un sujet sérieux, parfois compliqué à comprendre, et de l’aborder de manière simple, ludique et non moralisatrice !

• Selon vous, en quoi l’animation est-il un bon moyen de faire passer un message?
L’animation a un pouvoir d’attraction immédiat. Aujourd’hui nous sommes tellement inondés par les images que malheureusement nous finissons par ne plus les intégrer. L’animation à le pouvoir de capter l’attention du spectateur tout en lui offrant les clés de lecture des images qu’il découvre. Elle va générer plus facilement de l’émotion. En donnant vie à l’image et en l’accompagnant de sons ou d’une voix-off, elle entraîne le spectateur dans son histoire.

Si vous l’avez loupée, on vous remet ici le lien de la vidéo sur le gaspillage alimentaire illustrée par Anaïs ; pour découvrir ses autres réalisations, RDV sur son site internet

PEPITE #1 Yotam Ottolenghi

A la chaire ANCA, on aime vous partager nos découvertes, nos coups de coeur, nos pépites… On se dit que si ça nous inspire, cela devrait vous inspirer aussi ! Et comme on y tient à ces pépites, on a décidé d’en faire une rubrique à part entière, un nouveau RDV bi-mensuel avant de partir en week-end  … On espère que ça vous plaira !

Cette semaine c’est moi, Manon, qui vous partage ma pépite de la semaine : le chef israélien Yotam Ottolenghi.

Après avoir tanné ma mère, mes amis et mes collègues, voici 3 arguments pour vous convaincre qu’il s’agit d’une vraie pépite :

  1. Courges grillées, choux fleurs rôti, salades colorées et acidulées, … Il cuisine les légumes comme personne: …. Parfait lorsque l’on veut diminuer sa consommation de viande en continuant à se faire plaisir ! Comme il dit « On peut faire plus de chose avec un choux fleur qu’un filet de boeuf »! 
  2. Zaatar, Houmous, Labneh, Shakshuka … Sa cuisine est une vraie invitation au voyage, une cuisine méditerranéenne, résolument moderne, qui sent bon le soleil ☀
  3. Ses recettes sont accessibles, pleines d’astuces et d’associations originales pour « pimper » sa cuisine de tous les jours 👩‍🍳

.Pour vous mettre encore plus l’eau à la bouche, je vous conseille d’écouter son interview dans le dernier podcast « On va déguster » de @FranceInter. La vie est bien faîte. 😌

Ecouter l’interview !

DESIGN EN BARRE #1

Design en barre, c’est une série en cinq épisodes qui présente des projets qui questionnent, qui réinventent et qui façonnent nos rapport à l’alimentation…

Dans ce premier épisode, on part à la découverte de trois projets qui interrogent les systèmes de production de notre nourriture.

SLOW TOOLS

Slow Tools est un projet initié en 2011 par un groupe d’agriculteurs, d’ingénieurs et de fabricants américains, qui souhaitaient créer des outils à l’échelle appropriée aux petites exploitations, qui soient légers, abordables et disponibles en open-source pour les agriculteurs. Le groupe de travail est incubé par le Stone Barns Center for Food and Agriculture aux Etats-Unis. L’équipe a identifié 34 outils essentiels à réinventer, et la première machine a avoir été développée est un petit tracteur électrique. Aujourd’hui, la plupart des outils sont encore en cours d’élaboration. Les prototypes réalisés et testés par des agriculteurs poussent le groupe à continuer leur travail pour créer des outils agricoles toujours plus ergonomiques, efficaces et qui promeuvent un lien direct à la terre.

👁 Notre regard

L’émergence de petites exploitations agricoles et fermières bouleverse la façon de travailler des agriculteurs et on peut facilement imaginer la pénibilité du travail avec des machines moins automatisées. Ces outils prônent un retour au contact de la terre, mais cela signifie-t-il pour autant qu’une agriculture à petite échelle doit être plus pénible pour l’agriculteur ? Pour le groupe à l’initiative du projet, il est certain que ce type d’agriculture est difficile et demande un travail intense, mais que cette façon de travailler plus respectueuse de la terre et des hommes est nécessaire aujourd’hui pour notre planète.

JELLYFISH BARGE

Jellyfish Barge est une serre agricole flottante, autonome en énergie et capable de purifier par l’énergie solaire l’eau salée ou polluée. Mise au point en 2014 par le studio de design Studio Mobile et un groupe de biologistes, de chercheurs et d’ingénieurs, cette installation se compose d’une base en bois de 70 m2 qui repose sur des flotteurs en plastique recyclé et supporte une serre de culture en verre. Les plantes poussent en hydroponie, grâce à un système qui permet d’économiser jusqu’à 70 % d’eau par rapport aux systèmes hydroponiques traditionnels. Cette barge a été imaginée pour répondre à la problématique de production alimentaire, puisqu’elle permet de cultiver des plantes dans des milieux à faibles ressources naturelles. Présenté à l’exposition universelle de 2015 à Milan, le projet a récemment reçu le prix des prix à la biennale de design de Saint-Etienne en 2019.

👁 Notre regard

Ce projet prometteur, et dont le prototype a démontré la viabilité de son concept, est aujourd’hui en développement, mais on ne trouve pas d’informations sur la possibilité de mise sur le marché du concept ni sur les coûts de construction. Certaines questions restent également en suspens : quelle quantité de nourriture peut être produite par une barge ? Est-ce que la Jellyfish Barge a été testée sur la durée quelque part ? En tout cas, on espère que son succès permettra au projet de se développer et de faire un jour partie du paysage agricole !

EDIBLE GROWTH

Imaginez pouvoir imprimer quand vous le souhaitez un mini potager, composé d’organismes vivants qui en quelques jours se transforment en champignons et en plantes comestibles. C’est ce que propose la designer Chloé Rutzerveld avec ce projet : Un mélange de graines, de spores et de levures directement imprimé à l’intérieur d’une petite serre comestible qui tient dans la paume de votre main. Au bout de trois à cinq jours, les plantes et les champignons sont complètement développés, prêts à être dégustés. L’intensité du goût et de l’odeur augmente à mesure que cet aliment original se développe, un peu comme un fromage gagne en caractère avec le temps ! Après les tests concluant du prototype en 2014, la designer affirmait que le produit aurait besoin d’être développé encore plusieurs années avant qu’il soit envisageable de le lancer sur le marché. C’est avant tout un projet de recherche, qui nourrit les études de chercheurs, d’ingénieurs et de designers sur la possibilité d’utiliser l’impression 3D comme système de production alimentaire.

👁 Notre regard

Bien que le projet mette en avant l’aspect nutritionnel et sain, on regrette l’absence d’analyse nutritionnelle du contenu d’une impression 3D, et le manque de détails sur les espèces de champignons et de plantes cultivées.

Un des aspects intéressant de ce produit est la dimension ludique : le consommateur devient un agriculteur, il crée sa propre nourriture, peut décider de l’intensité de son goût, et il la voit pousser jour après jour. Mais la proportion entre la quantité de matière première nécessaire et la quantité de nourriture finale est-elle rentable ? Quel serait la place d’une telle technologie au sein de notre quotidien ? Il faudra encore quelques années avant que de telles technologies se fassent une place dans nos habitudes alimentaires. 

Revue de presse #36

Pendant que vous peaufiniez votre tenue de lumière pour halloween, on vous a préparé une nouvelle revue de presse !

© série « History & Chips » édition Heliotrope pour Brest Brest Brest

La team ANCA sur NOVA, la radio

Heyy on avait oublié de vous dire qu’il y a quelques semaines nous sommes passées sur NOVA la radio plus précisément dans l’émission Tech Taf pour parler de notre vision de l’alimentation du futur! Toujours un plaisir de partager notre travail réalisé avec la BD et notre compte Instagram Manger vers le futur!
Pour écouter notre intervention (autour de 26 min) on vous met le lien juste ici : http://www.nova.fr/podcast/tech-paf/le-futur-de-lalimentation