SAGA DE L’ÉTÉ #4

« Mieux vaut pain en poche que plume au chapeau ! »

Avant de commencer, un petit clin d’oeil aux posts précédents ! Avez-vous bien fait attention à ne pas mettre tous vos oeufs dans un même panier lors de vos derniers achats, et au passage succombé à la tentation d’une bonne baguette de pain, complet s’il vous plaît !?

Si cela est le cas, vous avez bien raison : « Mieux vaut pain en poche que plume au chapeau ! »

Crédit image : Maria Rivans

Euh quoi ? Ça veut dire quoi cette expression ?

Que la battle commence ! Qui, d’entre le pain et la plume, sera la valeur plus précieuse ?

Le pain : la plus grande des richesses !

Le pain a toujours eu une place importante dans les sociétés et ce, depuis un certain temps […]

Sa célébrité débuta en Egypte pendant l’Antiquité, lorsque, tout à fait par hasard, on découvrit de la pâte à pain sans levain oubliée par mégarde, mais qui donna, pour le plus grand bonheur de tous, du pain avec levain ! Utilisé alors au départ comme une offrande aux dieux mais aussi comme monnaie, il fut par la suite considéré comme un aliment essentiel. Les Egyptiens apprirent ainsi aux Grecs, qui apprirent à leur tour aux Romains leur goût et leur science du pain, avant d’être importé en Gaule, 50 ans avant notre ère. 

Il sera alors utilisé en tant qu’assiette, appelée “tranchoir”, à la table des grands seigneurs du Moyen-Âge, et donnera d’ailleurs le mot “copain”, car on partageait son assiette et donc son pain avec son voisin. 

Puis pain fût associé à pénurie… Ne serait-ce pas le besoin de pain qui déclencha la Révolution ? N’est-il pas rationné durant les 2 grandes guerres mondiales, passant de 900g/pers/jour en 1900 à 300g en 1918, et 275g en 1942, jusqu’à n’être considéré plus que comme un aliment d’accompagnement et non plus une nourriture de base ? Et aujourd’hui, si l’on vous dit qu’il y a pénurie, comment réagiriez-vous ?

Voyez-donc la place du pain dans l’Histoire, qui fut et qui est prépondérante, jusqu’à même avoir sa fête annuelle tous les 16 mai, jour de la Saint Honoré, saint patron des boulangers !

La plume : un symbole de finesse !

C’est la Belle Époque en France, (entre 1900 et 1915), et Paris se trouve déjà capitale de la mode.

Qui dit essor de la bourgeoisie, qui s’enrichit, dit essor de la mode, dans lequel la plume joue un rôle déterminant, devenant un symbole de finesse. Les plumassiers se développent et exploitent toutes sortes d’oiseaux sauvages et exotiques afin de donner couleurs et vie aux chapeaux des dames, tout de plumes garnis. 

Alors, verdict ?!

L’un est vitalité, l’autre futilité !  Le pain est nourriture et nécessaire, la plume est apparat et superflue. Or, le nécessaire est plus important que le superflu et la nourriture plus essentielle que l’apparat. 

D’où la moralité :

Il est préférable d’avoir de quoi manger que de s’offrir un luxe superflu. Tout ce qui est superficiel n’a pas de valeur réelle et ne nourrit pas. 

Alors vous aussi vous êtes convaincus qu’il vaut mieux avoir pain en poche que plume au chapeau !?

Sources :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s