Durabilité, une nouvelle considération pour les politiques alimentaires ?

AUJOURD’HUI plus que jamais, il y a une nécessité d’opérer un changement de nos systèmes et régimes alimentaires afin qu’ils deviennent plus durables et permettent de nourrir près de 10 milliards d’individus d’ci 2050. MAIS Comment Ces enjeux de durabilité sont-ils pris en compte dans les politiques et recommandations alimentaires à travers le monde ?

ed12cf79a676271bba866e901a0fe091

source image : http://www.joewebbart.com

Un régime alimentaire durable : késako ?

Aujourd’hui, nous savons que ce que nous mangeons a un impact sur notre santé mais également pour la planète.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) définie les régimes alimentaires durables comme « des régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations actuelles et futures.  Les régimes alimentaires durables contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes, sont culturellement acceptables, économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent d’optimiser les ressources naturelles et humaine »[1].

Des actions émergent afin de sensibiliser les individus à une alimentation durable

De la fourche à la fourchette, il est possible d’agir afin de produire et de consommer des aliments bénéfiques pour notre santé et pour l’environnement.

img-gaspillage-alimentaire-alimentation-durable-collectivites

Source : ademe.fr

Ainsi, de plus en plus d’acteurs  s’emparent de ce sujet et tentent de sensibiliser les citoyens à une alimentation plus durable. Ces acteurs utilisent de plus en plus les réseaux sociaux et notamment Instagram pour véhiculer des conseils et messages de sensibilisation à l’alimentation durable. Le but étant  de rendre chaque citoyen acteur de cette transition en consommant mieux, pour sa santé et pour l’environnement.

De nombreuses initiatives et actions fleurissent tant au niveau national, telles que #lundivert, #févriersanssupermarché, #onestprêt, qu’au niveau internationnal : #meatlessmonday, #planetaryheathchallenge, #foodwise, #pulse. Des applications émergent  et accompagnent le consommateur sous forme de défis ou de création de communauté à changer son comportement alimentaire step by step ( #wag, #etiquettable).

Ces initiatives et applications génèrent de nombreux messages et conseils qui couvrent des sujets aussi variés que : la consommation d’aliments locaux et de saisons, la  consommation d’aliments issus de l’agriculture biologique , la réduction de la consommation de viande, l’augmentation de la consommation de produit d’origine végétal en favorisant un régime fléxitarien, la réduction du gaspillage alimentaire ou encore la réduction des emballages alimentaires en favorisant les achats en vrac
, etc.

Ces actions donnent beaucoup d’espoir quant à l’avenir de notre alimentation. Mais, nous pouvons légitimement  nous demander si ces actions reposent sur des recommandations officielles et crédibles scientifiquement ?

Les recommandations alimentaires saines et durables dans le monde

Les recommandations alimentaires élaborées par les gouvernements doivent permettre aux individus de se nourrir de manière optimale afin de conserver une bonne santé nutritionnelle. Cependant tout les pays ne possèdent pas de recommandations alimentaires officielles. En effet, selon le rapport « Recommandations alimentaires nationales pour des régimes alimentaires sains et des modes d’alimentation durables: état des lieux »[2], publié en 2016 par la FAO et le Réseau de recherche sur le climat et l’alimentation ( FCRN) de l’Université d’Oxford, seuls 83 pays sur un total de 215 en possédaient. Les pays ne possédant pas de recommandations sont principalement ceux en voie de développement.

Parmi ces 83 pays , seulement 4 pays  : le Brésil, la Suède, le Qatar et l’Allemagne publiaient des recommandations alimentaires officielles qui soient à la fois saines ET durables. Autrement dit , seuls ces 4 pays établissaient un lien entre les habitudes alimentaires et les enjeux environnementaux au moment où ce rapport a été publié.

Les recommandations alimentaires, qui intègrent la notion de durabilité, semblent tous s’accorder sur le fait qu’adopter un régime composé majoritairement d’aliments d’origine végétale soit bénéfique tant pour la santé que pour l’environnement.

Alors qu’un nombre croissant d’organisations internationales et de gouvernements ont reconnu que les politiques alimentaires devraient intégrer le double objectif d’améliorer la santé des personnes et de préserver l’environnement, très peu de pays prennent en compte cette mesure aujourd’hui.

Plate_Planet

Source : https://www.hsph.harvard.edu/nutritionsource/sustainability/plate-and-planet/

Depuis peu, la France intègre certains aspects de la durabilité dans ses nouvelles recommandations sur l’alimentation, l’activité physique et la sédentarité (PNNS 4 2017-2021). En effet , en janvier 2019, Santé Publique France  présentait ces nouvelles recommandations en invitant la population, dans la mesure du possible, à

  • aller vers des produits de saisons, bio, et locaux
  • augmenter la consommation de produits d’origine végétale ( légumineuses notamment)
  • réduire sa consommation de viande [3].
Perspectives pour l’avenir..

Le rapport de la FAO [2] conclut sur la nécessité d’établir des messages clairs et explicites faisant le lien entre consommation alimentaire et enjeux environnementaux.

On constate également dans la littérature scientifique un nombre variable de conseils et de recommandations afin de tendre vers une alimentation durable. Il semble exister un manque de consensus sur ces nouveaux sujets. A la suite de ce constat, nous pouvons conclure qu’il y a une difficulté évidente à formuler des recommandations claires auprès du grand public dans le cadre de programmes ou d’actions de sensibilisation à l’alimentation durable.

Sources citées dans l’article :

[1] Fao.Recommandations alimentaire et durabilité. [Page consultée le 3 avril 2019]. Disponible sur : <http://www.fao.org/nutrition/education-nutritionnelle/food-dietary-guidelines/background/sustainable-dietary-guidelines/fr/ >

[2] Plates, Pyramids, Planet – Developments in national healthy and sustainable dietary guidelines: a state of play assessment. FAO and the University of Oxford, 2016.71 p. Disponible sur : < http://www.fao.org/sustainable-food-value-chains/library/details/fr/c/415611/ >

[3] Recommandations relatives à l’alimentation, à l’activité physique et à la sédentarité pour les adultes. Saint-Maurice : Santé publique France, 2017. 62 p. Disponible sur  : <http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Maladies-chroniques-et-traumatismes/2019/Recommandations-relatives-a-l-alimentation-a-l-activite-physique-et-a-la-sedentarite-pour-les-adultes >

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s